Mon chemin de conscience et d’analyse

« Je ne crois pas que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le Monde extérieur que nous n’ayons d’abord corrigé en nous  » .

Le Journal, Une Vie Bouleversée  Etty Hillesum.

Pour ma part, je suis tombée ou plutôt montée en Amour avec Sandor Ferenczi qui est devenu un ami, un allié à travers ses écrits.
Je me suis sentie rentrer à la Maison avec la pensée de Sigmund Freud.
La vision élargie de Karl Gustav Jung a permis à la mienne de se déployer.
Tout cela grâce aux enseignements vivants d’Emmanuelle Sompairac, formatrice à l’Irett (fondé par Bernadette Blin).

Éblouie par la vastitude de la pensée de Nicolas Abraham et de Maria Torok, ainsi que par leur capacité à être à la fois fidèles et respectueux envers la pensée Freudienne, tout en questionnant sa pertinence au regard de sa propre histoire non élaborée.
Grâce à l’enseignement, rigoureux et bienveillant, de Claude Nachin, puis d’Elisabeth Darchis et Fréderic Tordo (au sein de l’association psychanalytique européenne  Abraham et Torok) rencontrés grâce à Saverio Tomasella.
Et aussi bousculée, touchée par Arold  Searles  dans son acceptation de sa propre part de folie, la compréhension et les résultats que cette honnêteté  lui a permis avec des personnes particulièrement fragiles.

Sont aussi devenus des tuteurs  pour ma propre pensée analytique, Alfred Adler, Donald Winnicott, Mélanie Klein, Michael Balint, Heitor de Macedo, Victor Fränkel, François Roustang, Edward Podwoll, Irvin Yalom, Marie-Claude Defores, Anne Dufourmantelle, Jean-Charles Bettan….

Par ailleurs, ma pratique est aussi influencée par bien d’autres expériences et rencontres.

La lecture de  » Aux Etudiants » de Jiddu Khrishnamurti a été mon premier pas vers la conscience de la Non-Dualité.

L’art et les artistes (musique, arts plastiques, poésie…) la nature, les animaux, les voyages, la vision Non-Duelle, mon fils, mes proches et mes collègues,

La communication non-violente de Marshall Rosenberg,

Des personnes telles que John Wellwood, Tobie Nathan, Stanislav Grof, Brigitte Chavas, Servane Renault, Jean-Marc Mantel, Gérard Perrin et Marion Renault, Sabrina Benmecheri, Vera Sazhina, Tenzin Wangyal Rinpoché, Patrick Baudin, Paule Lebrun, Agnés Stevenin,   Marie-Claude Defores, Josef   Schovanec, Jean-Charles Bettan, Magali Fletcher, mes amies et amis, précieux soutiens dans les moments d’embuches et témoins amplificateurs des temps de Grâce, ainsi que chaque personne que j’ai eu le privilège de rencontrer, sont les Alliés précieux de mon Âme et les compagnons de mon chemin.

Chaque analyste va se construire dans sa pratique en fonction de son histoire, son ou ses tranches d’analyse, de tout son vécu, tous ses apprentissages, rencontres, perceptions.
Et chaque analyse est une rencontre entre deux visions du Monde.  Il y a une égalité au niveau de l’Être entre l’analysant et l’analyste mais la position est différente.
L’analyse verra sa fin par la disparition  de cet écart et un mutuel enrichissement.

J’ai vécu cette épopée du passage de l’identification à mon histoire en tant que victime, du règne de la toute puissance de mes peurs et de mes illusions pour enfin découvrir l’espace si vaste de co-création avec le vivant qui habite chacun de nous et offre une place unique dans la globalité de ce qui est. 

J’ai également expérimenté la traversée de la culpabilité qui s’impose en réalisant que seul le manque de Conscience et de Foi permet d’emplir l’identité par des illusions. Puis la tentation d’ancrer l’identité dans ce Moi coupable, pour enfin accepter mon humanité vulnérable et puissante à la fois. 

Le chemin est rude, éblouissant aussi, et surtout libérateur …. Je vous souhaite ce voyage.

Et voici
« HAKA »

Assistant
ou Maître, Qui sait?